Une photo sur Flickr
alliancephotos éléments

Aller à la galerie de

alliancephotos

bandeau.jpg

Première conférence de l'année 2014

par Yves Bruley

Quelques éléments sur la conférence du jeudi 9 janvier 2014 :

Le Vatican est un petit monde très particulier, capable d'une grande stabilité (la papauté a près de 20 siècles d'histoire) et aussi de grandes surprises. L'année 2013 est historique d'abord par la renonciation de Benoît XVI. On a évoqué des précédents, au Moyen âge, mais en réalité ils n'ont aucun rapport avec la décision de Benoît XVI, qui est une véritable révolution. Sa principale conséquence est de donner, de facto, une limite au pontificat, celle des 85 ans.

L'élection du pape François est aussi un tournant historique, car les cardinaux ont clairement voulu sortir du carcan italien et de l'habitude des papes européens. Les électeurs ont aussi clairement donné au nouveau pape une mission : réformer la Curie. C'est un vieux débat ! S'il est encore trop tôt pour savoir ce qui va changer, l'historien doit rappeler que les critiques contre la Curie sont toujours plus ou moins les mêmes, et que ce ne sera pas la première réforme…

Le style du pape François passe, dans les médias, pour révolutionnaire. Sur ce point aussi, l'historien doit relativiser : il y a souvent eu des grands changements de « style » entre les papes (Jean XXIII après Pie XII, Jean-Paul II après Paul VI, etc.) et il ne faut pas voir derrière le changement d'homme un changement de la papauté elle-même.

En outre, la proximité du pape avec les pauvres, sa volonté d'être proche des gens, de sortir du protocole, tout cela n'est pas si nouveau : Jean XXIII et Jean-Paul II, et avant eux Pie IX (élu en 1846) ou Pie X (élu en 1903) ont eu la même attitude, qui était dans leur caractère. Pie IX et Pie X, qui ont aujourd'hui une image de papes « réactionnaires » étaient avant tout des pasteurs. Comme eux, François se comporte comme un « bon curé » mondial, un « bon pasteur » qui s'adresse à tous les hommes, croyants ou non».

Pour autant, le style du pape ne fait pas tout, car les points de conflits entre l'Eglise catholique et le monde actuel restent les mêmes. Le prestige personnel acquis par le pape François lui permettra d'être écouté lorsqu'il prendra position dans les grands débats actuel (anthropologiques, sociaux, politiques…), mais une fois la première impression (très positive) passée, il faut s'attendre à un retour rapide des « questions qui fâchent ».

 

A propos du conférencier:

Disciple du Professeur Jean Tulard, agrégé d'histoire, Yves Bruley est spécialiste de l'histoire des relations internationales au XIXe siècle, spécialement du Quai d'Orsay.

Auteur de nombreux ouvrages, Le Quai d'Orsay impérial. Histoire du ministère des Affaires étrangères sous Napoléon III, Editions A. Pedone, 2012, Histoire de la papauté, Perrin, coll. Tempus,2011…

Il est également Maître de conférences à Sciences Po (Paris), et Chargé de mission auprès du secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques.

 

Pour en savoir plus :

http://www.babelio.com/auteur/Yves-Bruley/102957

Télécharger l'affiche de la conférence au format PDF